• Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 24 septembre 2010

Le covoiturage peine à passer la seconde

24092010

ridewithhitler.jpg 

 Le système de covoiturage peut se définir comme « l’utilisation conjointe et préméditée (à la différence de l’auto-stop) d’un véhicule par un conducteur non professionnel et un ou des passagers, dans le but d’effectuer un trajet commun» – Wikipédia. Les économies d’énergie et leurs bénéfices financiers et environnementaux sont les moteurs de cette utilisation de la voiture. Les premières initiatives sont venues des Etats-Unis dès 1942 pour limiter la consommation de carburant des civils et la réserver aux militaires. L’affiche célèbre reproduite ici est explicite : « Quand vous conduisez SEUL, vous conduisez avec Hitler ! ». Les crises pétrolières des années 70 ont fait resurgir le partage de l’automobile en Amérique et en Europe. L’Allemagne a depuis un système assez développé qui touche à peu près 800 000 personnes (pour 40 millions de voitures quand même!). Le début des années 2000 a vu en France un retour de la réflexion sur le covoiturage fortement ancré sur les nouveaux moyens de communication, internet et smart phones. Des start-up ont fleuri sur internet, nous ne donnons pas de noms, elles sont très bien référencées sur Google. Le covoiturage a même ses gourous qui prédisent l’apocalypse automobile, le Grand Soir qui verra la naissance d’une société fraternelle roulant à pleine capacité… Dans la réalité, force est de constater que le covoiturage patine et peine à passer la seconde. Au-delà de la notion de propriété individuelle qui reste très attachée aux deux biens les plus coûteux des ménages (le logement et l’automobile), ce sont surtout les problèmes pratiques qui affectent le système. Les utilisateurs pestent contre les voyageurs qui se désistent, le manque d’implication des municipalités, l’absence de voies réservées,… Au-delà de tout cela, il semble bien que ce soit la remise en cause des deux points forts de la voiture, l’indépendance et la flexibilité qui marginalise le covoiturage. Les essais dans les grandes entreprises butent sur la flexibilité du travail : les collègues ne partent pas tous à la même heure. Les déposes d’enfants à l’école sont aussi un problème souvent cité sur les forums. La récente étude Frost & Sullivan sur le rapports des 15-30 ans à la voiture, présentée dans le cadre des déjeuner d’Autoactu.com, le 23/09/10, montre bien les limites du covoiturage. Les générations « Y » mettent en avant l’indépendance, comme qualité première de la voiture et bien sûr, le covoiturage n’est pas apprécié car il la restreint ! Leur exigence va plutôt vers l’indispensable prise USB du MP3.

Allez, bon courage pour les covoitureurs, c’est sympa et on peut rencontrer de vrais gens, bien mieux que sur Facebook !

François Article de François.







bobber de l'ours |
raptor350 |
Xavier |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | LES LECHEURS DE TARMAC
| Scooter et moto 125
| Coupe de France Promosport ...